Webdesign : le mieux est-il l’ennemi du bien ?

Excellence in Excellence !

Je ne me définis pas comme un web-designer, à vrai dire je ne sais pas vraiment ce que ce terme recouvre ; plutôt comme un travailleur du web qui sait que l’interface, son look et son ergonomie, ont une importance dans la perception / compréhension de l’info qu’on trouve sur un site web. Je tropatouille du PhotoShop et du PaintShopPro, mais je connais mes limites en ce domaine.

J’ai d’ailleurs plutôt une formation ‘marketing’ à la base (enfin, entre autre…)

J’ai parfois l’impression au cours d’un projet web, que ce soit en terme de design, ou pour le contenu, ou pour tout autre aspect impactant la bonne marche du projet, le mieux est l’ennemi du bien.

Je reprends ici les idées développées par ailleurs, mais qui sont très présentes dans notre vie de responsable de projet web.

Chercher la perfection est beaucoup trop risqué : ça ‘coûte trop cher’ en temps passé, en energie perdue, en temps à reprendre des éléments déjà validés… Mieux vaut, en web-design comme ailleurs, chercher « l’excellence atteignable », ce qui ne me semble pas du tout pareil.

Se fixer un objectif ambitieux c’est toujours exhaltant, ça mobilise l’énergie et ça motive à long terme. Mais pour l’atteindre, c’est un travail de tout les jours et là, il vaut mieux se fixer des petits objectifs remplissable dans la mesure de ses propres compétences (ou de celles de son équipe…). Le quotidien permet donc d’avancer, tout en gardant en tête la ‘big picture’, l’objectif final qui nous guide.

C’est autant un problème de process (comment je gère l’enchaînement des mes tâches), que de psychologie d’ailleurs : la recherche de la perfection est une chimère, qui use son homme ;-). La motivation est fluctuante si on n’y prend garde, et des techniques permettent de rester créatif sur le long terme.

Serait-ce donc de la psychologie sportive appliquée au management de projet web ?

J’ai retrouvé cet bouquin (Les pièges de la perfection, éditions Marabout) que j’avais lu il y a bien longtemps, quand je cherchais la performance sportive à chaque match :

Les pièges de la perfection

J’y ai trouvé cette citation de Lao Tseu (c’est un peu la tarte à la crème des bouquins de psychologie ‘pratique’, mais je l’aime bien quand même…) :

« Agis sans faire; travaille sans effort.
Pense le petit comme le grand, le peu comme le beaucoup.
Fais face au difficile tant qu’il est encore facile ;
Accomplis la grande oeuvre par une suite de petite choses. »